31 mai 2013

Une nuit en forêt

Christine Kristof-Lardet, le 31.05.2013

L’expérience de la forêt peut être vécue comme une expérience « religieuse », au sens où elle permet de se relier à la nature, à soi-même et à ce qui nous dépasse. Plongée dans les entrailles d’un monde à la jonction du visible et de l’invisible, du conscient et de l’inconscient.

Quand j’entre dans une forêt, j’entre dans un monde, et presque malgré moi, à la lisière entre le clair et l’obscur, je m’incline. Mes genoux cèdent et ma tête se courbe. Comme lorsque j’entre dans une église. Je deviens silence… Je salue. Je ne peux aujourd’hui franchir l’orée d’un bois sans que quelque chose en moi se transforme à l’instant. Mes sens s’éveillent. La joie pointe. Je me surprends à sourire, à frémir. Enfin !

Je suis là. Je respire. Ma révérence consacre l’espace qui, en retour, s’ouvre et me reçoit. Mon esprit s’accorde à l’unisson et change de fréquence. Dehors, je suis comme sourde. Là, j’entends et je vois à nouveau tout ce qui tressaille autour de moi. La nuit, bien sûr, c’est encore plus fort. Il n’y a pas de tricherie possible. Je suis livrée à moi-même, sans autre alternative que de m’y réfugier. C’est alors que commence la véritable rencontre.

Pas à pas dans la forêt

Généralement, avant de passer la nuit dans la forêt, j’effectue un premier repérage à la lumière du jour, toutes antennes déployées pour « sentir » l’endroit et évaluer les risques. Non pas ceux de la nature, prévisibles et contournables, mais ceux liés à d’éventuelles rencontres importunes. Dans nos forêts occidentales, le seul prédateur sur lequel s’exerce ma vigilance est l’homme, qui plus est celui muni d’un fusil. Mes sens, à l’affût du moindre craquement, du moindre brin de voix, de la moindre trace de passage, s’aiguisent.

Je redeviens animale, vive et instinctive. J’apprends à me cacher et à rendre ma présence de mammifère femelle indétectable. Au moindre doute, je m’accroupis dans un fossé, je grimpe à un arbre ou me recouvre de feuilles mortes jusqu’à me rendre invisible. Si je ne suis en confiance ni avec le lieu, ni avec mes propres capacités –peur, hésitation, fatigue soudaine… – je rebrousse chemin. Si en revanche tout me semble juste, à sa place, je me prépare pour la nuit et, tapie comme une renarde dans sa tanière, j’attends la venue de la pénombre protectrice.

Au cœur de la nuit

Les oiseaux ont chanté leur dernière mélodie du soir, l’obscurité s’intensifie, l’air devient plus coupant et le silence plus dense. Comme derrière le rideau qui vient de tomber sur une scène, tout s’anime : les arbres s’étirent et changent de forme, les animaux sortent de leur cachette, le chevreuil ose une échappée dans la clairière, les sangliers labourent la terre à la recherche de nourriture et moi, je m’immisce plus avant dans les profondeurs.

Je ne reconnais plus rien. Les distances, les reliefs, les sons… tout a changé. Dans l’immensité de la nuit, le moindre bruit prend une ampleur disproportionnée. Ce ne sont que froissements, craquements, souffles et frémissements. Derrière moi, une branche cède. Je me retourne. A quelques mètres, un gros sanglier mâle me toise en grognant. Je n’ai pas toutes les clés. Est-il fâché ou juste curieux ? Je respire largement et me met en « stand by ». Apparemment, il m’accepte sur son territoire puisqu’il repart fureter.

Je n’ai ni lampe, ni GPS et mon portable – éteint – n’est là qu’en cas de pépin, au fond de mon sac. Pour tout bagage je n’ai qu’un bâton – histoire de me donner un peu de contenance – de bonnes chaussures, un duvet, de l’eau et de quoi grignoter pour le matin. Plus j’avance dans la forêt, plus je deviens légère, comme si je me libérais de mes entraves et me nettoyais.

J’entre progressivement en affinité avec ce qui m’environne et me constitue tout à la fois. Dans l’obscurité qui s’est refermée derrière moi et qui me protège, guidée par la lune, je finis par voir clair comme en plein jour. Alors, seule au milieu de l’univers, je m’abandonne. Chaque parcelle de mon être entre en résonnance avec une parcelle de la forêt en de subtiles correspondances : l’étoile scintille dans ma tête, la feuille frémit dans mon dos, l’insecte tambourine dans ma cage thoracique, l’herbe sèche se froisse dans ma nuque, la souris rit dans mon cœur…

Dans les profondeurs du corps et de l’âme

Je deviens forêt. C’est un réveil en cascade des sens. Mon cœur bat la chamade. C’est à ne plus y tenir. Je vis. J’aime. Je ris, je pleure à gros sanglots. Mon émotion s’apaise peu à peu et me dépose à terre, m’enracine. J’entre progressivement dans de nouvelles profondeurs, celles de mon intériorité. Et je reste là sans bouger, à la fois intensément présente à l’instant et ouverte à tous les possibles.

Dans cet état de reliance, je reprends le cours de mon exploration à la recherche d’un endroit pour dormir. C’est tout un rituel. Je tourne et tourne comme un chien dans son panier, jusqu’à ce que je sente que c’est , et pas ailleurs. Un tapis de mousse, les racines accueillantes d’un arbre, une alcôve sous des branchages ou un antre de rochers… Sous la voûte des branches et des étoiles entrecroisées, je suis chez moi et j’y suis infiniment bien. A même le sol, je me couvre de mon duvet, posant ma tête sur un coussin de feuilles ou sur la souche moussue d’un arbre.

Et là, dans les bras gigantesque du monde, je me laisse glisser dans le sommeil… et m’éveille. En nature, je dors « éveillée », non seulement parce que mes sens s’exacerbent, mais aussi parce qu’à ce moment-là, je me sens pleinement moi-même, mon épiderme collé à l’épiderme de l’univers, ouverte à sa dimension. La frontière entre mon espace intérieur et l’extérieur s’évanouit, et je navigue à la bordure du monde, sur la fine crête entre rêve et réalité.

Ma nuit est peuplée de songes et de visiteurs : une troupe de marcassins qui cherchent des glands sous le chêne où je me suis installée, une chouette qui joue les effraies, un renard qui furète, quantité de bestioles qui s’ingénient à gratter le sol autour de ma tête, la lune qui m’éclaire comme un projecteur et les gouttes de rosée qui me rincent le visage. Que dire du grand cerf qui, tel un magicien, apparaît au cœur de la clairière en soufflant sa brume blanche avant de disparaître ? Que dire du loup que je sens à mes côtés et qui, malgré l’admiration que j’ai pour lui, réveille en moi les peurs de toutes les générations passées ?

La peur des entrailles

Car bien sûr, il m’arrive aussi d’avoir peur, une peur qui vient de si loin, qu’elle me semble venir du temps où j’étais singe, ou quelque mammifère susceptible d’être dévoré par un carnassier. Une peur des entrailles sur laquelle le rationnel n’a aucune prise. Mes poils se dressent littéralement sur ma peau (je l’ai observé), mes tempes bourdonnent, je ne suis plus qu’un grand cœur qui bat, et mes terreurs enfantines en profitent pour s’exprimer. Ce que je vis alors, est, me semble-t-il le face-à-face intégral de l’humanité et du sauvage. Une seule issue : s’abandonner, laisser faire, s’ouvrir, entrer en résonance avec le monde. C’est la forêt qui vient à ma rencontre, me parle, m’apaise et m’apprivoise. L’effroi dépassé, c’est une grande libération et une grande paix. Le sentiment d’avoir été nettoyée en profondeur.

Il me faut parfois plusieurs nuits d’affilée en forêt pour parvenir à faire sauter les verrous de mes résistances et à me retrouver en symbiose. Les premiers moments de retrouvailles, surtout après une longue absence, sont les plus difficiles, car ils portent en eux le souvenir de la perte, de notre séparation d’avec la nature, d’avec nous-mêmes. Plus l’absence est longue, plus la cicatrisation est lente. Heureusement, quelque chose en nous se souvient. En nous immergeant dans la nature, nous célébrons des retrouvailles, comme celles de l’enfant perdu et de sa mère, douloureuses mais réparatrices. Il n’est à mon sens pas d’exercice d’écologie et de reconnexion plus efficace, que cette immersion inconditionnelle dans la nature.

L’appel de la forêt

L’expérience de la forêt peut être vécue comme une expérience « religieuse », au sens où elle permet de se relier à la nature, à soi-même et à ce qui nous dépasse. La forêt est un nœud condensé de sens où germent tout à la fois la lumière et la nuit. Elle est le point de jonction subtil entre le visible et l’invisible, entre le conscient et l’inconscient, entre les profondeurs du monde et nos propres profondeurs. En son cœur se croisent les sillons intemporels des grands mythes et ceux de nos rêves les plus intimes.

En entrant dans la forêt, nous pénétrons dans notre espace intérieur, truffé d’ornières, de ronces, de bêtes sauvages et de sorcières, mais aussi de fées, de princesses et d’hommes au cœur pur. Miroir de nos pulsions et de nos démons qui, sortis de leurs tourbières, se métamorphosent, la forêt est aussi un espace de transmutation et d’épuration que nous devinons aujourd’hui salvateur.

La forêt est le lieu où le sauvage peut encore s’exprimer, où le loup, l’ours et autres animaux libres résistent à l’homme domestiqué qui tente vainement de les chasser hors de lui. Tant qu’il restera quelque espace sauvage où vibre l’âme du monde, nous pourrons nous y abreuver et, par notre émerveillement et notre amour, le nourrir en retour.

Christine Kristof[[Christine Kristof est journaliste, membre des JNE (Association des Journalistes pour la Nature et l’Ecologie), coordinatrice de l’ouvrage collectif Ecologie et Spiritualité; la rencontre (Yves Michel 2004), co-fondatrice du Réseau des Ecosites Sacrés et du mouvement « Chrétiens Unis pour la Terre ».]] (texte et photos)