michel maxime egger

Détenteur d’un master en sociologie de l’Université de Neuchâtel (1981), Michel Maxime Egger accomplit depuis plus de vingt ans un travail de plaidoyer pour le développement durable et des relations Nord-Sud plus équitables: de 1993 à 2002 à Pain pour le prochain, puis à Alliance Sud (communauté de travail des grandes organisations d’entraide suisses), dont il a fait partie du comité de direction. En août 2016, il a rejoint Pain pour le prochain avec pour mission de créer un développer un laboratoire de la transition intérieure, dans l'interface entre la société civile et les milieux d'Eglise.

Il a fondé le réseau Trilogies (www.trilogies.org) en 2004, qu’il anime depuis lors pour mettre en dialogue traditions spirituelles, quêtes de sens, écologie et grands enjeux socio-économiques de notre temps. Il donne également des conférences sur ces thèmes.

Sa préoccupation centrale est la question écologique, qu'il aborde de manière intégrale (et non intégriste) en tentant d'articuler les dimensions intérieure et extérieure, individuelle et collective. Sa conviction est que, tout nécessaire qu'elle soit, l'écologie extérieure faite de normes internationales, de lois, de technologies vertes et d'écogestes au quotidien ne suffit pas, car elle ne va pas à la racine des problèmes. Un changement de paradigme est la seule solution réaliste, fondée sur un dépassement des dualismes, une mise en boucle de la transformation de soi et de la transformation du monde. Une mutation à la fois spirituelle et politique portée par une nouvelle manière de s'engager: le méditant-militant.

Il a consacré deux ouvrages à cette recherche. L'un à partir de la spiritualité, chrétienne en particulier: La Terre comme soi-même. Repères pour une écospiritualité (2012). L'autre à partir des profondeurs de la psyché humaine: Soigner l'esprit, guérir la Terre. Introduction à l'écopschologie (2015), les deux chez Labor et Fides. Dans cette même perspective, depuis le début de 2014, il codirige avec Philippe Roch la collection Fondations écologiques aux éditions Labor et Fides.

En 2005, il a cofondé avec Lytta Basset La Chair et le Souffle, revue d’anthropologie et de spiritualité, publiée par la Faculté de théologie de l’Université de Neuchâtel en collaboration avec les Editions Novalis et Labor et Fides. Il a été membre du comité de rédaction jusqu'à la cessation de la revue en 2015.  Il a notamment dirigé plusieurs numéros thématiques: Vers une écospiritualité (direction et articles), vol. 3, no 1 + no 2, 2008; Changer pour vivre mieux, vol. 5, no 2, 2010; Voyage et déroute, Volume 9, no 1, 2014.

De confession orthodoxe, il a créé et dirigé les éditions Le Sel de la Terre, collection de spiritualité orthodoxe contemporaine publiée avec les Editions du Cerf (1992-2005). Il est l'auteur de Prier 15 jours avec Silouane (Nouvelle Cité, 2002).

Il a été journaliste entre 1981 et 1993 (L’Hebdo, Construire, etc.) et a collaboré jusqu’à ce jour à de nombreuses publications (Le Temps stratégique, Choisir, Nunc, Positif, etc.).

Il a participé à plusieurs ouvrages collectifs.

Plusieurs textes de Trilogies évoquent son chemin spirituel:

Conférences, émissions radio et TV

Pour retrouver des enregistrements d'inbterventions ainsi que des émissions radio et TV, aller soit sur la chaîne youtube consacrée à l'écospiritualité et l'écopsychologie, soit sur la page dédiée sur ce site, à voir et écouter.

Bibliographie

Michel Maxime Egger a publié des centaines d'articles dans différents domaines. Il a écrit ou participé à la rédaction des ouvrages suivants:

Article(s) de cet auteur

9 jan 2014

L’imaginaire de la Méditerranée est le miroir de l’Histoire et de la vie humaine : un jeu entre le bleu et le noir. Le bleu, c’est la lumière, l’ouverture de la conscience, la puissance du rêve, l'entre-deux qui relie. Le noir, c’est les ombres, la clôture de l’esprit, la violence du cauchemar, les frontières qui séparent. Mais de l’horreur du noir surgit et ressuscite l’espoir.

1 jan 2014

Rien de mieux pour inaugurer cette nouvelle année que de feuilleter l’opus magnus de Sebastião Salgado, Genesis. Ce poème visuel nous invite à trois attitudes clés : l’émerveillement devant la beauté de la création et des peuples premiers, la mémoire du lien vital que nous avons perdu avec la nature, la lucidité devant la fragilité de ces régions menacées par les intérêts économiques.

23 déc 2013

Evénement et avènement spirituel, Noël est devenu la manifestation du consumérisme triomphant et du règne de la quantité. Au grand dam notamment de la nature. Rien ne nous oblige à « faire » Noël de cette manière. On peut aussi le « vivre » autrement. C’est ce que montre le réseau Chrétiens unis pour la Terre (CUT) dans un livret qui conjugue réflexions et pistes d’action.

19 déc 2013

Il y a un peu plus de dix ans, naissait au ciel l’archimandrite Sophrony (1896-1993). Né en Russie, artiste-peintre, moine, ermite, père spirituel, iconographe et écrivain, il a été au Mont Athos le disciple de saint Silouane (1866-1938). Il a fondé en 1959 en Angleterre le monastère Saint-Jean-Baptiste, haut lieu du témoignage orthodoxe en Occident. Troisième partie d’une biographie spirituelle.

18 déc 2013

Arménien d’origine, Géorgien d’adoption, mais antisoviétique par conviction, Serguei Paradjanov fut envoyé au bagne. Nourri de cultures chrétienne et musulmane, il intègre toutes les traditions de son pays en une vaste synthèse transcaucasienne. Au carrefour des arts, son cinéma relève d’un conteur oriental, d’un poète symbolique, d’un peintre d’enluminures et d’un musicien polyphonique.

15 déc 2013

Sait-on encore le sens véritable de la fête de Noël ? Quel rapport entre le sapin vendu dans les supermarchés et le Christ, arbre de vie ? Quel lien entre les bougies électriques qui illuminent nos cités et l’astre de lumière qui se lève sur un monde si souvent en proie à l'ombre de la mort ? Petite méditation sur une fête dont il convient de retrouver le sens.

21 nov 2013

Face à la frénésie de notre société, nombreux sont celles et ceux qui pratiquent une forme de méditation, pour un mieux-être ou des raisons spirituelles. A vue d’esprit (Radio Télévision Suisse) a eu la riche idée d'y consacrer une série d’émissions. Un volet est consacré à la prière de Jésus ou du cœur. Une pratique dont il convient de (re)découvrir la dimension écologique.

27 oct 2013

En seize tableaux poétiques d’une beauté et d’un souffle rares, Carolyn Carlson nous offre avec Synchronicity une chorégraphie quasi initiatique. Un parcours vers la vérité de l’être et du monde comme changement permanent, suite de morts et de renaissances à travers des moments décisifs de l’existence. Epoustouflant.

13 oct 2013

« Nous savons, mais nous n’arrivons pas à croire à ce que nous savons », dit le philosophe Jean-Pierre Dupuy. Pourquoi un tel syndrome de Cassandre face aux dangers écologiques et climatiques ? Le déni de réalité est aussi lié à des blocages intérieurs qu’il convient de dénouer. Il est temps « d’écouter en nous les échos de la Terre qui pleure » (Thich Nhat Hanh).

Pages