5 mai 2015

A lire, voir et découvrir

Michel Maxime Egger, le 05.05.2015

Des livres, revues, sites, lieux ou personnalités qui méritent un détour comment autant de ressources pour nos quêtes et engagements.

 

A l’occasion du 40e anniversaire de la mort du grand cinéaste Andreï Tarkovki, les éditions Corlevour ont réédité le bel ensemble consacré par la revue Nunc à son œuvre. Avec un accent sur les dimensions spirituelles, car pour l'auteur d'Andreï Roublev, l'humain n’accède à la plénitude d’être qu’en accomplissant poétiquement son intime transcendance.

 

Les clés de l’écopsychologie présentées par Michel Maxime Egger. Une brève synthèse qui complète et actualise Soigner l’esprit, guérir la Terre (Labor et Fides, 2015), précise certains concepts, inclut des apports du domaine francophone ainsi que des exercices pratiques. (Jouvence, 144 p.).

 

Une riche enquête de Samuel Socquet sur l’écopsychologie paru sur l’excellent Reporterre. Avec un accent sur les pratiques de reconnexion à la Terre et la nécessaire ouverture à l’engagement socio-politique. Un outil prometteur pour la transition vers un nouveau paradigme respectueux du vivant.

 

La Révolution silencieuse vers un « demain » ré-enchanté est en marche aussi dans la paysannerie suisse. Avec profondeur et sensibilité, la cinéaste Lila Ribi évoque la conversion courageuse de Cédric à la culture biodynamique des blés anciens. La célébration d’un art de la reliance : à soi-même dans la quête d’une cohérence intérieure, aux autres dans un souci de justice et de nourriture saine, à la Terre respectée dans ses équilibres, au Souffle qui anime toute vie et lui donne une dimension sacrée. Inspirant.

 

Est-il possible d’alléger les souffrances de notre planète en soignant notre esprit ? Sous le titre « Se relier à la Terre », le magazine Inexploré (Inrees) consacre une enquête à l’écopsychologie, « une discipline qui pose un regard inédit sur la crise environnementale actuelle et les moyens de la résoudre » (No 32, octobre-décembre 2016).

 

Cinq textes, issus des conférences de carême à la cathédrale de Metz en 2016, pour faire résonner l’appel à la « conversion écologique » du pape François. A l’interpellation divine de la Genèse – « Qu’as-tu fait de ton frère ? » fait écho une autre question dans le livre de la nature : « Qu’as-tu fait de ta terre ? » (Editions Lessius).

 

 

Les racines de la crise écologique sont spirituelles. C’est donc dans notre esprit que se trouvent les solutions. Cela implique une conversion – personnelle et collective – du regard et du cœur. Intitulé « Choisis la vie! », le numéro 3 de la revue Présence (Forum 104, avril 2016) offre de nombreux éclairages sur ce chemin de transformation aux dimensions multiples.

 

Etre en vie est une chose, désirer vivre en est une autre, affirme Philippe Dautais. Le désir, l’éros, est puissance de vie. Il s’exprime dans la créativité, la fécondité, la rencontre amoureuse. Il a pour rôle de rendre la vie vivante à condition qu’un juste rapport soit créé avec notre liberté. De cette justesse dépend notre équilibre intérieur. Chez Nouvelle Cité.

 

Patrick Fischmann nous offre dans un petit écrin enchanteur un choix remarquable de Contes des sages gardiens de la terre (Seuil). Signes d’une nature qui attend l’homme plus qu’elle ne l’accuse, ces histoires « murmurent notre parenté » et « unissent nos pouls au cœur des arbres et des pierres ». Une manière de nous rappeler l’importance clé de l’imaginaire dans l’engagement écologique.

 

Un kôan zen dit : « L’homme ou la femme qui regarde la fleur, la fleur lui sourit ». Avec « La Nature miroir du divin », la revue Question de explore les liens mystérieux entre la toile de la vie et ceux qui savent se ressourcer à son contact. Des textes de Christian Bobin, François Cheng et autres Jean-Marie Pelt pour réenchanter la Création en « renaturant nos esprits ».

 

Peu avant sa naissance au ciel, Jean-Marie Pelt a publié avec Sœur Marie Keyrouz un vibrant Manifeste pour la beauté du monde (le cherche midi). La célébration d’une valeur essentielle, non utilitaire, pour nous aider à pacifier nos relations à la Terre et à tous les vivants, mais aussi nous ouvrir à la présence et au mystère de Dieu.

 

Qu’ont donc en commun les mantras, la prière de Jésus, le dhikr soufi ou les chants chamaniques ? Un lien relie ces pratiques traditionnelles : invoquer le Nom divin prépare l’ouverture du cœur, éveille la conscience et invite à une métamorphose intérieure. Le dernier numéro de la belle revue Ultreïa ! (No 6) consacre un riche dossier à la puissance des invocations sacrées.

 

A l’heure des grands défis écologiques, il importe de redécouvrir la vision forte et prophétique de Teilhard de Chardin. Le livre de François Euvé (Ed. Salvator) est un précieux guide, qui va à l’essentiel avec beaucoup de clarté. A la suite du Christ, alpha et oméga de l’évolution, des pistes pour « vivre cosmiquement ».

 

Le dernier hors-série (No 6) de la revue kaizen, dédiée à la construction d’un autre monde, est consacré à la sobriété heureuse. Une cinquantaine de témoins et penseurs y donnent à voir leur joie de vivre découlant du choix de la simplicité volontaire. Enrichis de fiches pratiques et accompagnés d’un DVD, des exemples pour nous libérer du stress et de la peur, les deux poisons de la consommation et de la croissance.

 

La Chair et le Souffle vient de publier son ultime numéro sous le titre paradoxal de « Persévérer ». Une manière de transmettre « quelque chose de la force étrange qui nous lève et nous relève jour après jour ». Les auteurs témoignent de l’importance d’un amarrage à ce qui conduit au plus profond, pour opérer la métamorphose à laquelle la crise systémique nous enjoint.

 

CH2030. C’est sous ce titre que l’association NiceFuture a lancé un magazine offrant cent visions d’experts pour imaginer la Suisse de demain et co-créer un modèle porteur et fédérateur de transition écologique. Une manière également de sortir d’un futur flou et anxiogène. « Les utopies d’aujourd’hui constitueront sans doute la matière des livres d’histoire de demain ».

 

Comment savoir ce que l’on veut vraiment ? On fait des choses sans vraiment y croire, s’y investir pleinement, sans que cela nous rende heureux. « Et puis, un jour, c’est l’Appel »... On sent ce que l’on désire et doit faire. Une énergie nouvelle émerge, qui nous aligne avec la Vie. La revue Sources consacre plus de 20 contributions à cette aventure du Sens.

 

« Afin de rétablir l’harmonie de l’état originel, tous les grands maîtres spirituels ont placé le pèlerinage perpétuel au cœur de leur message et demandé à leurs disciples de suivre leur chemin », écrivait Bruce Chatwin. Le numéro d’été du magazine-livre Ultreïa est consacré à cette invitation au voyage. Un appel à se réinventer, au-delà de tous les noms et conditionnements. Inspirant !

 

Une nouvelle revue d’écologie intégrale est née, au titre provocateur : Limite (Editions du Cerf). Portée par un graphisme élégant et énergique, le sommaire éclaire la démesure du système économique qui détruit la planète. Non pas pour dresser des murailles, mais pour poser des jalons et des bornes sur un chemin de libération. Selon un « anarchisme conservateur ».

 

A quelques semaines de la COP 21, la revue 3e millénaire consacre sa dernière livraison à un dossier substantiel sur l’écopsychologie. Convaincue que « l’avenir de la planète est soumis à nos climats intérieurs », elle ouvre plusieurs pistes pour sortir du déni et nous éveiller à la conscience que la Terre est « l’entité que nous habitons corps et âme ». Une manifestation de la Vie et de l’Esprit.

 

Fruit de plusieurs années d’intelligence collective au sein de l’ONG Alliance Sud, Au-delà de la confusion du monde (Editions d’en bas, 2015) analyse les blocages qui caractérisent la situation internationale dans tous les domaines, de la politique commerciale et financière au changement climatique. Il esquisse des pistes de politique de développement pour les surmonter.

 

Sous la direction de Dominique Bourg et Alain Papaux, le Dictionnaire de la pensée écologique (PUF) est une contribution majeure au débat écologique. À travers 357 articles écrits par 260 auteurs, il rassemble les réflexions, notions clés et pistes d’action que peuvent inspirer l’état de la planète et le fonctionnement de la biosphère. Indispensable.

 

En vue de la COP 21, les Cahiers de l'Atelier consacrent un riche numéro à « S’engager pour le climat ». La revue, œcuménique, explore les enjeux éthiques et théologiques de la crise climatique. Elle invite à changer de regard et à sortir des logiques économiques à court terme. Elle propose des pistes pour agir comme la sobriété volontaire et le jeûne.

 

La revue La Chair et le Souffle arpente l’univers vaste et mystérieux de la pratique méditative qui explore les profondeurs de l’être, cherche à le révéler à lui-même en l’ouvrant au divin. « Le besoin de méditer » (c’est le titre de l’ouvrage) prend des formes diverses, qui vont de l’écriture (Jacqueline Kelen) à la prière du cœur (Aude Zeller) en passant par la pleine conscience et l’éveil bouddhiste. « Le voyage vers l’intérieur est le plus long » (Bernard Durel).